image societe valereum veut acheter 80% de la bourse de Gibraltar

La société Valereum veut acheter 80% de la Bourse de Gibraltar

Publié par Caroline Gagnon le  31 décembre 2021 Dernière modification le 31 décembre 2021

Cet article prend 3 minutes à lire et comporte 447 mots.

Il y a déjà bientôt 4 ans en 2018, Gibraltar avait mis en place un cadre réglementaire pour réguler l'activité des entreprises utilisant les crypto-monnaies, les NFT et la technologie blockchain concernant le stockage et la transmission de titres.

Cette prise de décision montre que Gibraltar, contrairement à certain pays qui prennent la direction opposée, a pour objectif de profiter des tendances financières actuelles pour attirer les investissements extérieur sur son territoire.

Ceci pourrait donc amener Gibraltar à devenir le premier territoire Britannique ayant une bourse qui accepte les actifs cryptographiques, du moins les réglementent.

L’entreprise Valereum a été une des premières entreprises à s’y être implanté pour profiter de cette réglementation très favorable et a été celle qui a offert de racheter 80% du “Gibraltar Stock Exchange” afin d’y intégrer la négociation de crypto-actifs comme le Bitcoin et l’Ethereum.

Bien évidemment, cela requiert l’accord des autorités locales qui semblent garder le silence pour le moment et ne pas se prononcer sur le sujet (du moins pas publiquement).

Il n’existe à présent aucune bourse réglementée, sur laquelle est négociée, entre autres, des actions ou des obligations de sociétés et des crypto-monnaies parmi les instruments financiers qui peuvent y être achetés ou vendus. On peut ainsi considérer cette initiative innovante, mais plutôt risquée.

En effet, rappelons que Gibraltar est un territoire Britannique et il semble que la Banque d’Angleterre ainsi que la banque d’Espagne soient toujours septiques sur la question des crypto-monnaies et de leur développement à cause des risques qu’ils procurent.

De plus, les autorités financières semblent frileuses à cause de la volatilité des crypto-monnaies en général en plus du fait qu’elles n’offrent aucune protection et peuvent même être utilisées à des fins illégales ce qui pourrait fortement ternir l’image de Gibraltar à l’international et même lui coûter des sanctions.

Les autorités gibraltariennes gardent toutefois le silence pour le moment et le gouvernement n’a encore rien déclaré quant à la proposition de Valereum et à sa volonté d’intégrer les crypto-monnaies à la bourse de Gibraltar dans un cadre réglementé.

Il ne s’agit pour le moment que d’une proposition et aucun accord de rachat n’a été signé. L’administration semble pour l’instant analyser les documents présentés afin de prendre une décision.

Il faut tout de même noter qu’une issue positive puisse voir le jour, car comme rapporté précédemment, Gibraltar, depuis 2018 à montré une attitude favorable aux crypto-monnaies.

Le ministre en charge des services financiers, Albert Isola à même dit à “The Guardian” que “son système réglementaire serait une garantie de bonnes pratiques”.

Si la proposition était acceptée, ce serait une première dans l’histoire des crypto-monnaies.

Vous trouvez cet article intéressant ? Partagez-le :

Caroline Gagnon

Caroline Gagnon - author

Passionnée par le monde des cryptomonnaies, notre rédactrice Caroline est là pour suivre toutes les actualités et nouveautés afin de vous écrire des articles de qualité et des conseils qui vous seront d'une grande aide!

Laisser un commentaire

0

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

crypto telegram